“Aimé Bonpland, botaniste équinoxial”, Venezue-Latina






 
Snap Shots Options
Options
Disable

  


 
Close

Snap Shares for charity

Aimé Bonpland, botaniste équinoxial

Filed Under: Aventureux, Historique by Jean-Luc
Crucifix — Un
commentaire
20 mars 2010

Humboldt et Bonpland en Amazonie

Humboldt et Bonpland en Amazonie

Il n’est pas facile de vivre à l’ombre d’un géant. On connaît surtout
Aimé Bonpland pour avoir participé, aux côtés du grand naturaliste Alexander von Humboldt, à une célèbre expédition
dans les terres equinoxiales (lisez Amérique latine) de 1799 à 1804.

Cette extraordinaire aventure permit aux deux hommes de ramener plus
de 60.000 échantillons représentant 6000 nouvelles espèces de plantes,
des observations astronomiques, un nombre incroyable de notes
géologiques, sociologiques, économiques, cartographiques…  le tout réuni
en pas moins de trente volumes.

Fuchsia venusta, plante décrite par Bonpland

Fuchsia venusta, plante
décrite par Bonpland

Quelle est la part de Bonpland dans cette somme immense ? On ne le
saura sans doute jamais exactement. Mais il est certain qu’il fut bien
plus que le secrétaire de Humboldt, son titre officiel dans le cadre de
l’expédition. Il fut un scientifique à part entière, s’intéressant tout
particulièrement à tout ce qui touchait la botanique.

Passion précoce pour les plantes

Aimé Jacques Alexandre Goujaud est né le 29 août 1773 à La Rochelle.
Bonpland est le surnom que lui donna son père lorsqu’il le vit, enfant,
se passionner pour les plantes du jardin (« Bon plant »). Cette
prédilection pour la flore le prédestinait sans aucun doute à devenir
botaniste. Cependant, une fois monté à Paris avec son frère, c’est vers
les études de médecine qu’il se dirigea, suivant en cela la voie de son
père chirurgien.

Cela ne l’empêcha pas de suivre les enseignements de botanique donnés
au Muséum national d’histoire naturelle où il eut pour
professeurs des personnages aussi célèbres que Jean-Baptiste
de Lamarck
et Antoine Laurent de Jussieu. Après un service
militaire comme médecin dans la marine, il retrouve le Jardin des plantes de Paris où il s’initie aux
plantes exotiques. Déjà reconnu comme excellent botaniste, il aurait dû
accompagner Louis Antoine de Bougainville dans ce qui devait
être la plus grande expédition scientifique française jamais entreprise.
Mais, en raison des guerres napoléoniennes, celle-ci n’aura jamais
lieu.

Itinéraire de l'expédition de Humboldt et Bonpland en Amérique 
équinoxiale

Itinéraire
de l’expédition de Humboldt et Bonpland

En 1798, Aimé Bonpland fait la rencontre d’Alexander von Humboldt
avec qui il se lie d’amitié. Les deux hommes cherchent à participer
ensemble à une expédition scientifique, en Égypte d’abord, en Tunisie
ensuite, mais celles-ci sont annulées. C’est le roi d’Espagne Carlos IV qui, finalement, leur donnera la
possibilité de mener à bien leur projet d’expédition, mais avec une
nouvelle destination : l’Amérique équinoxiale. Ce sera alors le fameux
voyage d’une durée de cinq ans au cours duquel il ont, notamment,
remonté l’Orénoque et gravi le volcan Chimborazo.

Botaniste de l’impératrice Joséphine

De retour en France, Aimé Bonpland entreprend de classer les dizaines
de milliers de spécimens botaniques ramenés d’Amérique. Travail
immense, qu’il ne terminera pas. Ce sont les botanistes allemands Carl Ludwig Willdenow et Karl
Sigismund Kunth
qui, à la demande de Humboldt, le mèneront à bien.

En 1808, Bonpland est nommé botaniste et intendant général des
domaines de Malmaison, la résidence de l’impératrice Joséphine, dont les jardins prestigieux
sont alimentés des plantes rares ramenées des campagnes napoléoniennes.
Il se dédie surtout à l’acclimatation de centaines d’espèces alors
inconnues, qu’il recense dans son ouvrage Description des plantes
rares de la Malmaison
(1813).

Aimé Bonpland (1773-1858)

Aimé Bonpland

À la chute de l’Empire, Bonpland choisit de se rendre à Buenos Aires,
où il a obtenu un poste de professeur d’histoire naturelle. Il ne
reviendra plus jamais en France. Homme de terrain plutôt que théoricien,
il quitte la ville pour explorer l’intérieur du pays et étudier ses
richesses botaniques. Il s’installe d’abord à Santa Anna, dans la
province de Corrientes. Dans son exploitation, il découvre les secrets
de la germination du maté (Ilex paraguariensis), ouvrant ainsi
la porte à la culture industrielle de cette plante jusqu’alors sauvage.

Résidence surveillée

En 1821, il est arrêté et mis en résidence surveillée par le
dictateur paraguayen José Gaspar Rodriguez de Francia qui le soupçonne
d’espionnage et craint le développement dans l’Argentine voisine d’une
culture intensive du maté. Pendant dix ans, Bonpland vit reclus, privé
de toute relation avec sa famille et ses amis et empêché de parler
français. Tout en s’adonnant aux activités les plus diverses, dont celle
de médecin des indiens guaranis, il ne cesse d’étudier les plantes dans
le petit espace où il est confiné.

Libéré en 1831, il s’installe à San Borja, au Brésil, et reprend ses
expérimentations agricoles. Il meurt en 1858 à l’âge de 84 ans, sans
avoir pu revoir celui qu’il appelait « le meilleur et le plus illustre
des amis », Alexandre von Humboldt.

Pic Bonpland (Mérida, Venezuela)

Le pic Bonpland

Le Venezuela lui a rendu hommage en donnant son nom à la troisième
plus haute montagne du pays, dans la Cordillère de Mérida. Juste retour
des choses, le pic Bonpland (4890 m) se trouve à quelques encablures
seulement du pic… Humboldt (4945 m).

À défaut de s’être revus à la fin de leur vie, les deux amis se
trouvent au moins réunis dans ce site exceptionnel.

____________________________

Pour en savoir plus :
> Lire et télécharger la Biographie d’Aimé Bonpland, par Adolphe Brunel
(1859)
> Acheter l’ouvrage Aimé Bonpland (1773-1858), médecin, naturaliste,
explorateur en Amérique du Sud
de Nicolas Hossard sur
Amazon.fr
> Acheter l’ouvrage Correspondance 1805-1858 d’Alexander von Humboldt et
Aimé Bonpland
sur Amazon.fr
> Acheter l’ouvrage Le pêcheur d’orchidées – Aimé Bonpland (1773-1858) de Philippe Foucault sur
Amazon.fr

3 Votes

Quantcast

8.601457
-71.148666

1 Comment:

Leave a Comment:

Name (required)

Email (required)

Website

Enter your comments here…

Acerca de eroxacourthes

French traveller, writer and translator, foolish of Latin Amarica!!!
Esta entrada fue publicada en Livres. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s