“Ruptures”, Serge Portelli

Serge Portelli

 

 

 

RUPTURES

 

 

Ouvrage sur le bilan de Sarkousette le Suprême censuré….

 

 

Dans le domaine de la sécurité, personne ne peut se targuer de détenir de solutions miracles et

les donneurs de leçon devraient se faire rares, les échecs étant plus bavards que quelques

incertaines réussites. Nous sommes pourtant confrontés à un programme sécuritaire, décliné

par Nicolas Sarkozy avec un aplomb magistral, bardé de chiffres impressionnants et de

certitudes absolues, bourré de solutions simples, débarrassé de toutes ces subtilités qui

obscurcissent le discours et compliquent l’action. Ce programme, essentiellement fondé sur la

prison, s’adresse immédiatement et agréablement à notre cortex primaire. Il présente cet

avantage de procurer des sensations fortes, dès les premiers instants de l’écoute: il assouvit la

soif de vengeance, la rage de punir, il procure en un minimum de temps la jouissance simple

d’appliquer simplement des idées simples. Mais les suites sont moins exaltantes. Le danger est

la minute d’après, celle où l’on se prend à réfléchir. Et pire, l’heure suivante, où l’on mesure

les dégâts. L’un des buts de cet ouvrage est d’analyser ce programme sécuritaire dès à présent,

avant qu’il ne soit trop tard, en profitant d’une chance inouïe: il est déjà en oeuvre depuis cinq

ans par son auteur, sans qu’il soit question là d’une quelconque rupture, si ce n’est la volonté

affirmée d’aller encore plus loin, au-delà de ce que la droite classique a accepté.

Dès lors, ces questions à peine esquissées, vont se poser cruellement. Quelle place reste-t-il

pour les libertés si l’individu est prisonnier dès son plus jeune âge d’un destin auquel il ne peut

échapper? Déjà surveillé, bientôt fiché, poursuivi indéfiniment par son passé, interdit d’oubli,

sanctionné au premier écart, éliminé automatiquement au second, suivi pas à pas jusqu’à la fin

de ses jours, cet homme qui a failli, quelle possibilité lui reste-t-il d’évoluer, de changer,

quand tout va lui rappeler qu’il ne vaut que par ses actes qui le talonneront en permanence?

Quelle est cette société d’où toute tolérance est officiellement bannie? Où l’on ne laisse rien

passer, du moins aux plus défavorisés? Qui veut de ce carcan étouffant et rigide qui méconnaît

la vie, ses surprises, ses renouveaux, ses embellies?

La vision simpliste du délinquant qu’on nous propose est le pendant de celle du citoyen

“moderne” qui se profile. L’avenir appartient à l’homme qui “se lève tôt”, l’homme sûr de lui,

l ’homme qui choisit, l’homme qui réussit, l’homme qui mérite. Si l’exaltation du travail et de

l’excellence sont si forte, c’est que à l’autre bout de la chaîne, celui qui a failli, le délinquant,

l’homme sans mérite, doit être châtié sans pitié. Il s’agit de refuser toute “excuse”, le mot est

choisi expressément au-delà de son sens réel, de refuser en fait toute compréhension. Car

l’imposture est de faire croire que comprendre empêche de sanctionner: le délinquant,

suffisamment averti par la loi, agissant en toute connaissance de cause, n’a pas droit à un

quelconque aménagement.

Une autre politique est possible qui nous fasse vivre réellement en sécurité. Elle passe par

l’analyse, la réflexion, la prise en compte de l’extrême complexité de la délinquance. Elle ne

propose pas de solutions simples ou uniformes mais fait appel à ce qu’il y a de meilleur chez le

citoyen, à sa responsabilité. C’est que nous tenterons d’avancer à chacun des chapitres de cet

ouvrage. Une alternative est possible qui réussisse à allier d’une part la sécurité, le soin des

victimes, l’efficacité de la sanction, de l’autre l’humanité, le respect des libertés et des droits

de l’homme.

 

Acerca de eroxacourthes

French traveller, writer and translator, foolish of Latin Amarica!!!
Esta entrada fue publicada en Actualités et politique. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s