“La représentation de l’autre indigène…”, à La Sorbonne, 15 juin 2007

  

 

CRIMIC

 

Lettres du Redal
N°43

29.11.2006
Julien Roger


    

MANIFESTATION SCIENTIFIQUE

*Figures mythiques féminines d’hier et d’aujourd’hui
Les travaux de GRADIVA

Samedi 16 décembre, de 9h30 à 19h, salle 13
Institut d’Études ibériques et ibéro-américaines
31, rue Gay-Lussac
Paris 5e

PROGRAMME

9h30 – Michèle Ramond : Bienvenue, le point sur les publications, calendrier des rencontres 2007, le colloque de Pau (Nadia Mékouar), autres projets….
10h- Pascale Thibaudeau : Infanticide et inconscient maternel : de Médée à Grace – Les Autres de Alejandro Amenabar – . (avec projections)
11h- Cecilia Katunaric : Lilith ou la féminité interdite.
11h30- Béatrice Rodriguez : La femme-ventre-fils : mythologie oedipienne dans Bella y oscura de Rosa Montero.

12h- discussion et……
12h30- Buffet offert

14h- Fadéla M’Rabet : Djedda, ma mémoire.
14h45- Fátima Rodríguez : Être – autre : deux séries de portraits de Andrea Costas. (avec projections)
15h30- María José Bruña : Sous le signe de Déméter : Maruja Mallo et Concha Méndez. (avec projections)
16h15- Discussion et pause
17h- Delphine Sangu : Les Reines maudites : figures mythiques au féminin dans le théâtre baroque espagnol.
17h30- Lydie Royer : Ébauche d’une réflexion sur les modèles féminins dans un roman de José María Guelbenzu, La cabeza del durmiente (2003).
18h- Michèle Ramond : Quelques mots sur mythes et filiations côté – femmes.

18h30- Débat général et clôture

Contact : michele.ramond@wanadoo.fr

APPEL A COMMUNICATIONS

 

Colloque International
« La représentation de l’AUTRE dans les Arts et les Littératures d’Amérique latine »

L’étranger (la France et les Français) et l’ « Indien »
16-17 novembre 2007
Présenté par le Centre Écritures de l’Université Paul Verlaine
PARTENARIAT ET RÉSEAU SCIENTIFIQUE
Comme par le passé, et dans le cadre des activités concernant l’Amérique Latine, nous chercherons à développer les collaborations avec d’autres Centres de Recherches qui, par leur prestige et leur excellence, nous permettront d’organiser une manifestation de très haute qualité.
L’Équipe Fonctions Imaginaires et Sociales des Arts et des Littératures (E.F.I.S.A.L.) de l’E.H.S.S. de Paris, rattachée au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (C.R.A.L. – CNRS).
Directeur : M. Jacques Leenhardt
Le Séminaire Amérique Latine (S.A.L.), composante du Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains (C.R.I.M.I.C.) de l’Université de Paris IV Sorbonne.
Directrice : Milagros Ezquerro

SPECIFICITÉ DU PROGRAMME
Ce colloque, ainsi que les deux journées d’études qui le précèdent, permettront de réunir trois centres et trois équipes de chercheurs pluridisciplinaires (Université de Metz, Université de Paris IV, E.H.E.S.S. / CNRS – Paris) auxquels viendront se joindre des collègues des universités étrangères, en particulier de l’Amérique latine et des Etats-Unis. Ceci permettra, outre la qualité de la réflexion, une très large diffusion des travaux initiés à l’Université de Metz.

PUBLICATION
Comme lors des colloques précédents, les Actes seront publiés par la Collection Série du CETT—CENTRE ECRITURES sous la responsabilité scientifique et éditoriale du Centre d’Ecritures assisté d’un comité éditorial.

OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DU COLLOQUE
« La représentation de l’AUTRE dans les Arts et les Littératures d’Amérique latine »

Il y a des questions que, parce qu’elles semblent trop évidentes, nous sommes peu enclins à poser et encore moins à tenter d’y répondre.
Une d’elles trouve son origine dans la problématique de l’altérité et de l’inter-culturalité qui a lieu au sein de la société latino-américaine, phénomène qui touche les représentations issues des rapports inter-ethniques, et que l’imaginaire latino-américain cherche à dévoiler ou à occulter.
Nous désignons l’«autre» comme étant d’abord l’Européen -arrivé dans les vagues successives d’émigration après la découverte et la conquête espagnoles— mais aussi l’Amérindien ainsi que les populations natives exclues, qu’avec mépris on nomme l’ «Indien ».
Concernant les représentations des Européens en Amérique latine nous privilégierons l’image de la France et des Français, et cela d’autant plus que ce modèle fut, depuis le début du XIXe siècle, l’inspirateur des nouvelles Républiques et des modèles littéraires et esthétiques dans le Nouveau Monde.
Dans la problématique de la représentation de l’Amérindien, autant dans la littérature que dans les arts, nous nous centrerons davantage sur les pays du Cône Sud (Brésil, Argentine, Uruguay, Chili…) où les migrations successives européennes furent les plus importantes et, par conséquent, le phénomène d’ignorance et d’occultation de l’Amérindien le plus radical.
Cette réflexion nous obligera à nous interroger sur la notion d’« étranger » dans un continent où tout est métissage et a répondre à une question, peut-être iconoclaste, à savoir :
— qui, de l’Indien ou de l’Européen, est le plus « étranger » au regard des sociétés d’Amérique latine ? Question pour le moins paradoxale quand nous savons que le continent américain est le résultat des deux.
— comment se passe la cohabitation entre l’Indigène et l’Européen ?
— quels sont les témoignages dans la peinture et dans la littérature qui dévoilent cette problématique ?
— quels sont les Écoles, les générations ou les auteurs célèbres qui parlent de la figure de l’Indigène et qui sont ceux qui gardent silence sur elle ?

Toutes ces questions seront circonscrites —essentiellement— aux textes littéraires et aux œuvres artistiques du XXe siècle car, à partir de ce moment-là, et en particulier avec l’éclosion des mouvements des Avant-gardes, les formes d’expressions esthétiques « propres » émergent dans tout le continent.
Il serait aussi pertinent de voir comment les légendes, les mythes et les questions d’oralité amérindienne ont pu pénétrer et influencer (volontairement ou involontairement) la poésie et la prose du continent sud- américain.
Et la même quête sera étendue aux champs de la peinture et la sculpture, ou même dans la musique, cherchant à déceler les influences (implicites ou explicites, assumées ou dissimulées) de l’empreinte de l’imaginaire amérindien sur les créateurs «blancs».
La reconnaissance et l’hommage que la France vient de rendre aux civilisations non-occidentales avec l’inauguration de son fastueux musée consacré aux Arts Premiers, ne sont pas tout à fait étrangers à la réflexion que nous souhaitons partager autour du regard porté sur l’indigène, comme figure de l’ « autre ».
Il serait donc temps de revisiter les rapports que les Latino-américains entretiennent avec leurs propres « étrangers », ceux de l’intérieur, ceux qui étaient déjà là depuis toujours.

Voici donc certains des axes de la réflexion que nous comptons mener à bien avec ce Colloque et les deux Journées d’études qui serviront à le préparer.

CALENDRIER

1ère journée d’étude: 7 mars 2007 à l’UFR Lettres et Langues, Université de Metz

2ème journée d’études : 15 juin 2007 à l’Université de Paris IV, Sorbonne

Colloque International : 16 – 17 novembre 2007 à l’UFR Lettres et Langues, Université de Metz

L’appel à colloque (avec proposition de communication) sera fait au mois de février.

Contact : Fatima-Zahra Charouit (charouit@univ-metz.fr)

 

Acerca de eroxacourthes

French traveller, writer and translator, foolish of Latin Amarica!!!
Esta entrada fue publicada en Livres. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s